argent cash développement

7 conseils pour faire des économies

mardi, avril 25, 2017Hadrien Lagrange

C’est bientôt l’été et les vacances commencent à se faire désirer, sauf qu’au moment de faire ses choix de destinations un problème se pose : avec quel argent ? L’étudiant n’est pas connu pour être l’animal le plus riche au monde et l’argent est l’une de ses plus grosses angoisses, surtout à l’époque où les terrasses de Mouffetard et Oberkampf commencent à se remplir à nouveau. Toujours en quête d’économies l’étudiant sait rarement comment s’y prendre et aucune solution concrète n’est mise à sa disposition. Mais heureusement, Common Wave offre enfin une synthèse vraiment utile des bonnes pratiques pour faire des économies…



Faire des économies ça ne se réalise pas en un clin d’œil et demande parfois de changer un brin son comportement. Le souci de tous les sites qui donnent des conseils et de viser un public trop restreint ne comprenant souvent que des étudiants déjà très indépendants. Sauf qu’en vivant encore chez ses parents on peut aussi avoir des problèmes d’argent. Common Wave se met donc en 4 pour vous servir 7 conseils indépendants de votre situation financière :

1. Déterminer son objectif

Faire des économies c’est un peu comme faire un régime ou se mettre au sport : c’est certes une question de bonne volonté mais il est nécessaire de se trouver un objectif, une deadline. Cela permet non seulement de limiter l’économie dans le temps (donc de voir la fin arriver et ne pas se démoraliser) mais aussi de mettre un chiffre sur l’économie à faire (donc voir des progrès concrets qui font du bien au moral). Il n’existe probablement pas de liste exhaustive des objectifs qu’on peut viser : un voyage, un cadeau à faire à quelqu’un ou à soi-même, une dette à rembourser, un découvert à combler, etc…

2. Déterminer son budget

Vous avez défini combien vous voulez économiser et en combien de temps, à présent prenez en compte vos revenus et vos dépenses à venir pour déterminer combien vous aurez par unité de temps (années, mois, semaines, jours). Cela peut sembler rébarbatif, mais c’est super-important ! Votre budget vous permet de savoir combien vous pouvez dépenser véritablement et il est à dissocier de votre pécule de départ et de vos revenus. Il sert également à choisir combien d’argent vous voulez économiser par unité de temps.
Par exemple, vous devez économiser 150€ en 2 mois en gagnant 300€ par mois. Si vous dépensez vos 300€ systématiquement vous ne ferez aucune économie, il vous faudra donc déterminer un montant maximum en prenant en compte vos dépenses habituelles (si vous ne les connaissez pas estimez-les à la louche en arrondissant vers le haut). Pour notre exemple on se rend compte que notre budget ne pourra pas excéder 225€/mois, à partir de cela il va falloir déterminer un budget à allouer à chaque type de dépense (nourriture, sorties, imprévus, etc…). L’intérêt d’un budget est mental : ici au lieu de vous dire que vous aurez 150€ à économiser sur 600€ en 2 mois, vous allez pouvoir vous dire que vous devez vivre avec 450€ pendant 2 mois et adapter votre train de vie en conséquent.  

3. Faire ses comptes

Prenez en note toutes vos dépenses. Baladez-vous avec un papier ou notez-les sur votre téléphone, mais gardez une trace écrite de toutes vos dépenses. Le fait de noter vous permettra d’être plus conscient de vos dépenses qu’en récupérant simplement vos tickets de caisse et vous permettra en plus de faire le calcul en temps réel du total de vos dépenses et donc de ce qu’il vous reste de votre budget. Idéalement, prenez le temps de faire vos comptes sur un logiciel tableur-grapheur (Microsoft Excel, LibreOffice Calc, OpenOffice Calc, etc…). Utiliser un tel logiciel vous permet de trier vos dépenses par catégories (nourriture, études, sorties, etc…) et par le biais des calculs de mettre à jour en temps réel l’état de votre budget et de vos économies. Encore une fois cela peut sembler rébarbatif et démesuré mais c’est vraiment utile lorsqu’on est très limité.

4. Payer en espèces

L’évolution des technologies nous permet de payer par carte, sans contact et même d’avoir des portefeuilles électroniques comme Izly. Si l’avantage pratique est certain l’avantage économique est quant à lui discutable : on ne voit pas l’argent partir. Or, le plus important quand on veut faire des économies est d’être conscient de ce que l’on dépense, notamment parce que parfois un paiement est si automatique qu’on oublie de le noter… Bref, retirez toujours de l’argent au distributeur avant d’aller faire des emplettes, ça vous permettra en plus de vous créer un budget provisoire.

5. Luttez contre vos envies

Parfois lorsqu’on s’ennuie on se balade sur Facebook, sur le net… eh oui ! Encore un problème lié aux nouvelles technologies ! Le problème d’internet c’est la publicité : elle est partout et elle est désormais ciblée. Ainsi internet sait toujours quoi vous proposer pour vous faire acheter. Si vous savez qu’en allant sur certains sites vous allez avoir envie d’acheter, évitez-les le temps de vos économies. Les sites marchands savent très bien comment faire du profit et ne se contentent pas de vous montrer l’article que vous achetez, ils vous proposent toujours une quantité astronomiques de produits similaires pour vous pousser à acheter toujours plus. La seule solution ici est de se restreindre. Qui a dit que ça ne demanderait pas d’effort ?

6. Luttez contre vos ancrages

Alors là, on entre dans une histoire beaucoup moins abordée par les sites de conseils aux étudiants mais pourtant bien connue des vendeurs pro et autres fada de psychologie de comptoir. Qu’est-ce qu’un ancrage ? Pour résumer, c’est une association d’idées. Plus précisément ça associe un stimulus à un comportement. Pour les connaisseurs c’est l’histoires des chiens de Pavlov : quand un chien flaire sa nourriture il salive. Pavlov a mené une expérience consistant à faire sonner un clochette à chaque fois qu’il donnait de la nourriture à ses chiens. Ainsi, au bout d’un moment les chiens se mettaient à saliver au simple son de la clochette sans même que Pavlov leur apporte de la nourriture. Un ancrage s’était créé chez les chiens à cause d’une stimulus répétée.
Si on veut le traduire en estudiantin : vous sentez l’odeur du café en passant devant Starbucks et vous ne pouvez pas vous empêcher d’entrer (et cela marche aussi avec un logo ou une musique). Se défaire d’un ancrage est compliqué et passe notamment par la création d’un nouvel ancrage plus fort qui écrase le précédent. Cela requiert donc quelques connaissances trop longues à développer. Mais si vous voulez vraiment lutter il suffit de rechercher ces ancrages pour mieux résister : une fois que vous savez que l’odeur de café de Starbucks vous attire comme une mouche, évitez de passer devant leurs vitrines.
Les ancrages sont vicieux car ils ne sont pas des envies : là où l’envie nait du besoin, l’ancrage nait seulement d’informations et du jeu des commerçants. Mais attention, l’ancrage peut aussi être associé à un lieu ou une personne : par exemple cet ami qui vous donne toujours envie d’une bière, d’un japonais ou de fraises tagada…

7. En parler et impliquer du monde

C’est vraiment bête, mais quand on a un objectif à tenir c’est toujours plus efficace d’en parler à certaines personnes. En fait, cela vous donnera l’impression de vous engager envers ces personnes et vous incitera plus fortement à viser votre objectif. De plus, ces personnes pourraient vous aider à atteindre cet objectif. Si votre objectif est, par exemple, de partir en vacances avec des amis, voyez si vous pouvez inciter un ami à faire des économies avec vous : ça peut rendre les choses plus ludiques et plus compétitives.


Bon, cet article a pris une allure de top 7 mais ça ne le prive pas de sérieux pour autant. Vous l’aurez compris, c’est plus de la psychologie que de l’économie au final : toutes ces astuces servent surtout à être conscient de ses dépenses et à les limiter. D’un autre côté, c’est le principe même de l’économie…

Vous pourrez aussi apprécier :

0 commentaires

Formulaire de contact