L'insoutenable légèreté des lettres - Saison 2 Épisode 3








Pour renouer avec la joie d’analyser un texte, l’insoutenable légèreté des lettres vous propose chaque semaine d’étudier un grand passage de la littérature, non pas de façon scolaire et ordonnée mais de façon passionnée

Comme le disait Rilke : « Les œuvres d’art sont d’une infinie solitude : rien n’est pire que la critique pour les aborder, seul l’amour peut les saisir »

Cette semaine, c'est une oeuvre récente commentée : Réparer les vivants de Mailys de Kerangal

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le sida en France : sommes nous toujours en 1980 ?

L'écriture inclusive, ou le débat sur l'exclusion des femmes

Plan Étudiants : les premières annonces d'Edouard Philippe