faits divers France informations

Les médias en font-ils trop ?

mardi, mars 28, 2017Sonia Le Gal


« La télévision est le média dominant de notre époque et elle n’est ni remise en question, ni attaquée par le web. » Isabelle Veyrat Masson, Directrice du laboratoire Communication et politique – Le Monde. C'est ce que nous allons essayer de faire, aujourd'hui, dans cet article.


Pourquoi la télévision ?

Nous allons donner quelques données de cadrage. Cette partie de l’article n’est donc pas la plus intéressante, mais n’hésitez pas à poursuivre votre lecture vers les autres titres.
La télévision est devenue le média de masse à la fin des années 1960 en France. En 2012, 98,3% des foyers français sont équipés d’au moins un poste de télévision. C’est donc une des sources d’information les plus répandues dans l’Hexagone. Bien que le média télévisuel soit moins crédible que la presse et la radio, selon les Français, ils privilégient tout de même ce média pour s’informer au quotidien (69% des cas).
Les Français sont de gros consommateurs du média TV. Ils y consacrent, 3h50 quotidiennement, en 2012. Et ce chiffre ne cesse de croître depuis les années 2000. De plus, le petit écran est omniprésent dans le quotidien des Français puisqu’ils déclarent avoir, en moyenne 16 contacts avec la télévision au quotidien, contre 9 contacts pour la radio et 3 pour la presse écrite.
Environ 1/3 de la consommation télévisuelle est consacrée aux journaux télévisés (JT), magazines et aux documentaires. Ce sont les principales sources d’information sur l’actualité quotidienne, en excluant les actualités sportives. En effet, à 20h15, plus de la moitié des foyers français regardent la télévision, ce qui correspond aux horaires à laquelle les JT sont diffusés sur les chaines principales de la TNT. C’est un grand pic d’audience, derrière les programmes de fiction et de divertissement proposés le soir, après 21h.
Cet important rapport à la télévision est également visible sur internet. Maintenant qu’il est possible de réagir en direct sur internet à des émissions télévisuelles, les internautes se mêlent aux téléspectateurs. En effet, environ 40% des téléspectateurs de 18-34 ans commentent régulièrement la télévision sur les réseaux sociaux. Lire des tweets TV ciblés sur une émission donne souvent envie de visionner à son tour cette émission. Les réseaux sociaux font alors augmenter le nombre de téléspectateurs. 1/4 de ces tweets TV concernent les documentaires, JT et magazines.

Le syndrome du grand méchant monde

Cette expression introduite par George Gerbner – professeur de télécommunication – a été utilisé suite à une série d’observation sur les effets de la télévision sur les téléspectateurs. Ce syndrome théorise le fait que les individus ont une vision déformée du monde réel. Nous avons tendance à surestimer les actes de violence, et à percevoir notre environnement comme dangereux et menaçant. Cette façon de voir le monde est massivement propagée par les médias, et surtout par la télévision selon Gerbner.
Dans une étude de 1976, Gerbner et son groupe de scientifiques cherchent à approcher les effets négatifs de la télévision sur les individus. Ils classent les spectateurs de la télévision en deux groupes :
-     - les télévores, qui visionnent plus de 4h de TV par jour (ce qui se rapproche de notre moyenne nationale pour les téléspectateurs de 4 à 50 ans) ;
-         - les téléspectateurs occasionnels
Pour chaque groupe, l’enquête pose une question : La probabilité d’être victime de violence physique durant une semaine de vie. Les télévores estiment cette probabilité autour de 50% alors que les téléspectateurs occasionnels l’estiment à 32%. En réalité ce risque n’est que de 1%. Cette étude montre bien que les individus amplifient la probabilité d’être victime de violence physique, et les télévores la surestiment encore d’avantage. La télévision rend plus méfiants. C’est pourquoi le télévore est enclin à considérer que les crimes sont fréquents et constants. Ainsi il perçoit un monde dangereux.
D’autres recherches ont été faites pour étudier l’effet de la télévision sur les téléspectateurs et dans chaque cas, le constat était le même : plus on regarde la télévision, plus on développe un sentiment de peur et d’insécurité.
C’est le réel qui alimente cette peur, pas la fiction, qui aurait plutôt un effet cathartique sur les individus. On note un décalage entre la réalité et ce qui nous est présenté par la télévision. Selon Gerbner, la consommation du média TV engendre une distorsion de notre propre vision du monde.

L’augmentation du nombre de faits divers à la télévision

Tout est fait pour capter l’attention du téléspectateur, au détriment de l’information. Les émotions des individus rentrent en compte (tristesse, colère, peur). Cela est un fait important puisque 77% des français déclarent avoir ressenti une grande émotion en apprenant un fait d’actualité mondial (catastrophe naturelle, attentat …). Si la télévision veut toucher les téléspectateurs, elle sait ce qui lui reste à faire, et en effet, elle le fait.
On entend plus parler de faits divers à la télévision, surtout sur TF1, M6, France 2, France 3, qui sont les chaines principalement visionnées. Le nombre de faits divers sur ces quatre chaines a été multiplié par 4 depuis 1995 alors que selon l’Observatoire National de la Délinquance et Des Réponses Pénales, nous remarquons une baisse globale ou une stabilité de la délinquance, des viols, des agressions entre 2008-2012 (menace, injure, vol, tentative de vol sur la personne, homicide volontaire). La tendance des atteintes à la personne est en baisse, malgré cela, le traitement de ces faits à la télévision est en hausse de 15% entre 2008 et 2012.
Ce que recherche les chaines TV, nous le savons tous, c’est l’audimat, et les informations chocs, et émotionnellement fortes font de l’audimat. Le lien est tout trouvé. Il ne reste plus qu’aux différentes chaines de trouver leurs informations quitte à en parler sans avoir matière à développer le sujet.

Malheureusement, nous sommes aussi responsables de cette augmentation du nombre de faits divers puisque nous les regardons. Nous y prêtons un intérêt puisque nous sommes touchés émotionnellement par ces faits.


Pour plus d'informations, consultez :
YouTube - Le syndrome du grand méchant monde par Horizon Gull

Vous pourrez aussi apprécier :

0 commentaires

Formulaire de contact