Alexander Fehling Cinéma G. Ricciarelli

"Le Labyrinthe du Silence"

dimanche, mai 03, 2015Mathias Darmon

Pour son premier long-métrage, Giulio Ricciarelli retrace l'histoire du premier procès de l'Histoire contre les nazis, en 1963 à Francfort. La longue enquête menée pour le "Procès d'Auschwitz" est donc racontée dans ce très grand film dont la portée dépasse le simple domaine cinématographique. 



Certains films sont des oeuvres cinématographiques à proprement parler. "Le Labyrinthe du Silence" est bel et bien une oeuvre, c'est à dire un travail, une recherche, une conception. 


Allemagne 1958 : plus de dix ans après la fin de la 2nde Guerre Mondiale, un jeune procureur décide, à la suite de la découverte de nombreuses pièces à conviction, d'enquêter sur d'anciens nazis hauts responsables au camp d'Auschwitz. À cette époque, le fait d'avoir travaillé dans ce camps en tant que SS n'était pas un crime puni par la loi mais une honte, aucune sanction juridique n'était donc prévue. 
Le spectateur apprendra durant le film que le mot Auschwitz, dans les années 1960, était totalement inconnu des jeunes allemands qui ne savent même pas qu'il s'agit d'une ville en Pologne. Ce qui marque donc cette période est le déni total, le refus du passé, et les nazis (encore présents à cette époque) restent un sujet grave, tabou et intense. 


La jeunesse et l'insouciance de ce procureur formeront sa force et sa faiblesse, au départ totalement ignorant, il deviendra petit à petit un chasseur de nazis dont la mission semble impossible à réaliser entièrement. Durant l'enquête le spectateur assiste donc à son évolution et à sa progression. 
Alors pour approfondir ses recherches, le jeune Johann Radman, s'appuiera sur les témoignages d'anciens déportés du camp de la mort d'Auschwitz. Des paroles insoutenables, insupportables, inaudibles qui marqueront le procureur. Le médecin d'Auschwitz, Josef Mengele, sera désormais sa cible principale. 


Le film est porté par la prestation exceptionnelle d'Alexander Fehling dont le charisme et la prestance habillent parfaitement son personnage tourmenté et déterminé. La mise en scène est parfaitement maitrisée tandis que la photographie ajoute une puissance supplémentaire à cette réalisation magistrale. 
D'un point de vue historique, "Le Labyrinthe du Silence", dont le titre évoque la complexité de l'omertà autour du nazisme dans l'Allemagne d'après Guerre, expose une Allemagne dont la plaie du nazisme n'est pas encore totalement cicatrisée. J.  Radmann rouvre cette blessure et les dommages sont immenses. Plus de 8.000 SS étaient présents à Auschwitz, représentant ainsi 60.000 dossiers à éplucher pour le jeune procureur allemand. On découvre ainsi que l'Allemagne nazi ce n'était pas qu'Hitler ou Himmler, le nazisme fut incarné par des gens ordinaires convaincus que ce qu'ils faisaient était juste, guidés par leurs convictions haineuses. 


Une page d'Histoire a été écrite par ce héros, par ces héros qui enquêtèrent durant des années et qui décidèrent de sortir l'Allemagne de son silence. Ce procès a rendu impossible le refoulement des crimes nazis et ouvrira la porte aux traques contre les anciens nazis présents dans le monde entier, en Amérique Latine notamment. 


L'équipe de Silence, ça tourne vous conseille très fortement ce film, qui apparait comme un devoir de mémoire nécessaire et indispensable. 

Vous pourrez aussi apprécier :

1 commentaires

  1. ça donne envie, c'est un aspect qu'on connaît peu. Le point de vue des allemands est intéressant et pas assez exploité alors que c'est leur histoire et qu'ils en ont été les premières victimes.

    RépondreSupprimer

Formulaire de contact