Benedict Cumberbatch Cinéma Imitation Game

The Imitation Game : l’histoire d’un génie

lundi, février 16, 2015Yoan Correia

Imitation Game, le dernier film de Morten Tyldum marquera les esprits. Les performances de Benedict Cumberbatch et Keira Knightley sont récompensées par des nominations aux Oscar 2015. Une oeuvre magistrale. 


Alan Turing : The Enigma, écrit par Andrew Hodges, 
source d'inspiration du film The Imagination Game


Si vous êtes homosexuel(le), féministe, que vous êtes un(e) génie en mathématiques ou en informatique, que vous avez été seul(e) à essayer de vous faire comprendre dans votre vie, ou que vous avez tout simplement lu la biographie d’Alan Turing, Alan Turing : The Enigma, vous avez toutes et tous une bonne raison penser que The Imitation Game est un film qui  fera parler de lui durant les siècles à venir.




The Imitation Game, c’est l’histoire d’un homme ou, devrais-je dire, d’une machine que les scientifiques ont appelé « la machine de Turing ». C’est là tout l’enjeu de l’objet : son mode de fonctionnement et de penser font-il de lui une personne humaine ? Ou, au contraire, la machine est-elle à ce point différente de l’homme qu’elle ne peut être définie comme un être humain modifié ? La machine de Turing cherche à démontrer que tous les êtres vivants et les objets technologiques ont des caractéristiques qui leur sont propres et qui témoignent, même au sein d’une catégorie, de réalités différentes. Elle a été conçue par Alan Turing pour plusieurs raisons. La première d’entre elle est de faire perdurer l’esprit de Christopher Morcom, un grand ami d’Alan rencontré sur les bancs de la prestigieuse Sherborne School.

Christopher Morcom, jeune
(http://www.turing.org.uk/scrapbook/spirit.html)
Christopher Morcom est, tout comme son camarade Alan Turing, un passionné de mathématiques et d’informatique. Les deux hommes lient une amitié qui se termine subitement à la mort de Christopher des suites d’une tuberculose bovine. Incapable de reconnaître la disparition de celui qui aurait pu partager sa vie, Alan Turing décide de créer cette machine qu’il appelle « Christopher ». Elle démontrerait les capacités intellectuelles qu’il aurait pu montrer s’il n’avait pas perdu la vie. Finalement, on peut se demander si la machine de Turing porte légitimement son nom. N’est-elle pas le fruit d’un travail commun entre ce qu’auront apporté Christopher Morcom, Alan Turing, Joan Clarke, Hugh Alexander, John Cairncross, Peter Hilton ?

Joan Clarke
(http://www.historyvshollywood.com/reelfaces/imitation-game/)

Le féminisme. C’est un autre point majeur abordé dans le film, et de manière plus générale dans la vie de la machine de Turing. En effet, Joan Clarke, dont le prénom pourrait être celui d’un homme, gravit les échelons pour exercer des professions entourée presque exclusivement d’hommes. Son parcours commence lorsqu’elle se présente en retard face à Alan Turing suite à un test de mots croisés à réaliser en moins de 10 minutes. Assise seule dans une atmosphère très masculine, elle parvient à terminer un exercice en moins de 6 minutes, le temps estimé nécessaire à sa réalisation. Lorsqu’Alan devient le coordinateur du projet Enigma, Joan est la seule femme à participer à l’avancée des recherches autour des messages codés des nazis et son rôle sera essentiel pour la réussite de la mission.

Vous pourrez aussi apprécier :

0 commentaires

Formulaire de contact