Badaboum Impératrice Musique

L'Impératrice au BADABOUM

mardi, février 10, 2015Noé Lazare

L'Impératrice au BADABOUM


Le vendredi 6 février 2015, le BADABOUM affichait complet. Principale raison de cette affluence : la présence du groupe "L'Impératrice", bien décidé à faire danser les foules pour leur premier live de 2015. Ce fut aussi l'occasion pour CommonWave de (re)découvrir un lieu s'imposant petit à petit comme l'un des incontournable de la capitale. Retour sur une soirée électrisante.


La salle

Arrivés au 2bis rue des taillandiers (tout près de Bastille) vers 19h, c'est tout d'abord un lieu cosy et élégant que nous découvrons. Les deux premières salles invitent à la détente, tout en restant suffisamment chic pour se différencier d'autres bars du quartier. Lumière tamisée et coussins accueillants dans la première salle, bar à cocktails dans l'autre : il y a pire pour attendre le début d'un concert. Un petit creux ? Le chef revisite également les classiques de la street food pour un peu moins de 10€ : tacos au canard confit, hot-dog au chutney et pickles, fish & chips,.... Original et alléchant !



Pour les plus pressés ou les amateurs de bière, la salle de concert ouvre tout de même ses portes avant  le début de ce dernier. Spacieuse et sobrement décorée, cette troisième salle nous offre une toute autre atmosphère : plus "underground", mais toujours aussi branchée. 




Le BADABOUM se présente donc comme un lieu polyvalent et intelligemment conçu : très certainement the place to be dans le quartier.

La première partie : Dorian & The Dawn Riders

Vers 20h le concert commence tout en douceur avec une première partie assurée par le bordelais Dorian & The Dawn Riders. Deux/trois accords à la Woodkid et le ton est donné : la musique, planante, presque initiatique, invite au voyage. La lune projetée derrière l'artiste roussit peu à peu, laissant parfois place à des images sépia, intemporelles. Au fur et à mesure que l'aube approche, les rythmes deviennent plus denses, presque tribaux. La voix nous porte, onirique, les paroles se fondant dans un écho lancinant.



Un show envoûtant d'une trentaine de minutes, mais ne visant pas spécialement à faire bouger le public. Les jambes s'impatientent et la salle se remplit : place à l'Impératrice !


L'Impératrice : du talent à l'état pur

Si la disco électrisante du groupe se serait parfaitement prêtée à un DJ set, c'est bien un live auquel nous avons eu droit : et que c'est bon ! Ici pas de fioritures, les 5 membres du groupe maîtrisent parfaitement leur sujet : une musique groovy et travaillée brisant les frontières entre electro, disco et funk.

Chaque titre de leur EP "Sonate Pacifique" est une (re)découverte en live. Les synthés analogiques, reconnaissables entre mille, surgissent au dessus des accords funky de la guitare. La ligne de basse, lourde et travaillée, emporte et fait danser. L'effet est instantané : la salle se déchaîne et l'on se déhanche du premier au dernier rang.



"A View to Kill", "Aquadanse", "Sonate Pacifique" : chaque titre a l'étoffe d'un tube, entêtant. Symbole de leur talent et de l'alchimie existante entre les membres du groupe, le bis est un succès et une démonstration de force : tout en improvisation, il laisse imaginer l'incroyable potentiel de la jeune formation.

Notez leur nom : il ne faudra pas attendre longtemps avant de le voir sur les affiches de la plupart des festivals français. On patiente en se ré-écoutant inlassablement leur EP, et en priant pour que l'album suive rapidement !



N'hésitez pas à aller faire un tour sur le site des artistes, et sur leur page Facebook pour les soutenir !




Vous pourrez aussi apprécier :

1 commentaires

Formulaire de contact