Culture découverte musicale Histoire musicale

Un album pour la postérité ?

dimanche, décembre 07, 2014Benjamin Rougé-Thomas

Le mois de novembre est venu de paire avec la sortie du dernier album de Pink Floyd, The Endless River. J'en profite donc pour rendre hommage au monument musical que constitue le groupe londonien.





Ce groupe a, semble-t-il, révolutionné le rock, voire la musique et son approche de manière générale.

En effet les Floyd furent les premiers, dès la fin des années 60, à offrir lors de leurs concerts un réel show visuel en inventant le "light show". En gros ils ont été les premiers à adapter l'image au son en balançant des diapos enduites d'huile colorée ayant un rendu visuel assez surprenant.
Au niveau du son ils furent les premiers à utiliser un système quadriphonique, soient des enceintes entourant le public faisant circuler du son à 360°. Pour aller voir les Pink Floyd, il fallait donc de bons ophtalmo et oto-rhino-laryngologiste.

Si le groupe connaît un succès limité sous le leadership de Syd Barrett avec une phase très psychédélique, Pink Floyd récoltera les fruits d'un travail de presque 10 ans à partir des années 1970.

Le premier tournant qu'a connu le groupe intervint en 1970 avec la sortie de l'album Atom Heart Mother. Cet album fut une des premières victoires du groupe, à tel point que Stanley Kubrick en personne avait demandé au groupe s'il pouvait reprendre des morceaux de l'album pour son film Orange Mécanique. Le groupe alors dirigé par Roger Waters refusa, mais regretta après la sortie du film.
Après Atom Heart Mother le groupe n'en finit plus avec la gloire.


En 1971 le groupe sort son album Meddle et s'inscrit dans le mouvement du rock progressif amorcé par leur album précédent avec de longs morceaux composés de plusieurs parties.
L'album Meddle n'est autre que l'album qui a vu naître Echoes. Ce morceau n'est pas des moindres car il laisse entrevoir tout le génie du groupe. On remarque que le groupe place la recherche du son au premier plan de la création musicale en imitant des bruits de sonars ou de baleines avec ses instruments. Le plus simple étant d'écouter :






Puis arrive l'apogée du groupe entre 1974 et 1979.
1974 est l'année où le groupe sort l'album Dark Side Of The Moon. Cet album est un véritable chef d’œuvre musical.
Tout d'abord cet album a été produit sous la patte d'un ingénieur du son nommé Alan Parsons, qui à l'époque était le meilleur dans son domaine. De plus cet album est incroyablement construit en ce qu'il décrit la vie en général en abordant les thèmes de la vieillesse, la folie ou encore la mort. Enfin, c'est le 2e album le plus vendu de tous les temps derrière Thriller de Michael Jackson.
Ce qui fait la force de cet album-concept, c'est qu'en écoutant les morceaux à la suite, on a l'impression d'écouter un morceau unique. Ce rendu magistral est dû au fait que le groupe reprend certains thèmes du premier morceau dans d'autres du même album.
Cet album est pour moi celui que vous devriez tous avoir dans votre iPod.



Après Dark Side of The Moon et le triomphe rencontré avec cet album, le groupe a enchaîné les succès.
Le suivant en date est Wish You Were Here, sorti en 1975. Si le retentissement de cet album est évidemment moins important que celui de son prédécesseur, il n'en reste pas moins bon. Le groupe continue dans sa phase rock progressif et nous offre un album somptueux en hommage à Syd Barrett (qui a sombré dans la drogue et la paranoïa) avec pour morceaux phares : Shine On You Crazy Diamond et Wish You Were Here.
Le premier dure plus de 25 minutes, c'est une véritable merveille. Pour l'anecdote, Syd Barrett est allé voir le groupe lors de l'enregistrement de l'album en studio. Lors de cette rencontre les membres des Floyd n'ont pas reconnu leur ancien leader qui avait alors pris énormément de poids et qui s'était rasé la tête.
L'album-hommage est aussi une critique de l'industrie du disque qui, selon le groupe, a provoqué la folie de Barrett. Cette critique se retrouve dans les morceaux Have a Cigar et Welcome to The Machine.



Le troisième album-succès de Pink Floyd dans les années 1970 est Animals, sorti en 1977. Cette album, en référence à l'ouvrage La ferme des Animaux de George Orwell, est une métaphore de la société contemporaine comme le bouquin avait pu être une critique du régime communiste dans les années 1940. Dans cet album la guitare de Gilmour est plus importante et on identifie donc une touche plus rock que pour les précédents.


En 1979 le groupe sort son deuxième album le plus vendu sous le nom de The Wall. Cet album est une véritable bombe musicale. Les thèmes abordés par le groupe sont la volonté de création d'un mur entre le groupe et son public, et l'aliénation de l'individu par la société. On retrouve dans cet album des morceaux cultissimes du groupe comme Another Brick In The Wall, Mother ou encore Comfortably Numb. L'album et les sujets qu'il introduit feront l'objet d'une adaptation cinématographique en 1982 dans un film revêtant le même nom, réalisé par Alan Parker.
Cependant lors de l'enregistrement, des tensions apparaissent au sein du groupe et Roger Waters prend de plus en plus de place et de pouvoir.


Après The Wall, le groupe sort en 1983 The Final Cut qui portera la marque de la main-mise de Roger Waters sur le groupe et ne connaîtra pas le succès escompté. En effet l'album a été produit sans Richard Wright, le pianiste du groupe. The Final Cut met donc fin à une décennie de gloire internationale et annonce le début de la redescente du groupe.


Le deuxième tournant que connaîtra le groupe est marqué par l'année 1985 au cours de laquelle Roger Waters quitte le groupe, faute de pouvoir dissoudre celui-ci légalement.
En 1986 David Gilmour décide de reformer le groupe, ce qui ne plaît pas à Waters. Une longue période de conflits et de procès commence alors. Gilmour obtient gain de cause et pourra alors produire de nouveaux albums avec les autres musiciens de Pink Floyd mais sans Waters évidemment.
Le groupe sortira deux albums dans les années 1980 : A Momentary Lapse Of Reason (1987) et Delicate Sound of Thunder (1988).

Le troisième et dernier tournant arrive en 1994 avec la sortie de Division Bell. Cette année sonne la fin de Pink Floyd. Et quelle fin, puisque cet album permet au groupe de pouvoir surfer à nouveau sur la vague de la réussite. Ainsi il permit à Gilmour, Mason (le batteur du groupe) et Wright de prouver à Waters qu'il n'était pas l'âme du groupe, même si selon moi, suite au départ de Waters le groupe a perdu un peu de son essence.
Cet album sera le dernier album de Pink Floyd à mon sens, puisqu'en 2008 Richard Wright s'éteignit.



Pink Floyd est et sera pour tout mélomane le groupe qui révolutionna la recherche du son dans la création musicale. Si vous ne connaissez pas bien le groupe, laissez vous envahir par leur morceaux musico-érotiques libérateurs d'endorphine et sortant vos sens d'une certaine torpeur léthargique. Car découvrir Pink Floyd c'est comme faire l'amour la première fois, on ne sait pas trop quoi en penser mais on redemande encore et encore pour, enfin un jour, atteindre cet sorte d'orgasme auditif.

Vous pourrez aussi apprécier :

0 commentaires

Formulaire de contact